Actualités

Session de janvier 2016 : Grève des transports publics

Comment l'AGL se positionne-t-elle ? 

La CSC-Transcom et la CGSP, les deux syndicats majoritaires de la SNCB, ont annoncé une grève des rails les 6,7,21,22 et 23 janvier prochain.

5 jours de grève pendant la session des examens, la situation est critique pour les étudiants... Mais comment en est-on arrivé là ??

Une conjoncture politique déplorable...

Depuis de nombreuses années, l’AGL réclame un investissement dans les transports en commun, afin de permettre aux étudiants de bénéficier d'un service de qualité à des prix abordables. Or, ces dernières années, la situation ferroviaire s’est plutôt dégradée.


Le gouvernement a décidé de faire 2,1 milliards d’économies dans la SNCB durant sa législature (2014-2019). Et cela a des conséquences concrètes sur les usagers (augmentation de certains prix, moins de correspondances, suppression de gares, …), comme sur les travailleurs (augmentation du temps de travail jusqu'à 12h dans les cabines, suppression de postes, dégradation des conditions de travail…).

 

Le désinvestissement du gouvernement dans les services publics est donc certainement la cause majeure de la situation critique à laquelle nous devons faire face aujourd’hui. Les grèves ont été annoncées en réponse à la politique gouvernementale et aux modifications du régime de travail des cheminots avancées par la Ministre Jacqueline Galant.

Les étudiants, victimes collatérales du gouvernement

De son côté, l’AGL est consciente de toutes les complications que cette grève va causer pour les étudiants. Les BAC1 sont obligés de se présenter physiquement à tous leurs examens sous peine d’être désinscrits de l’Université. Elle s'engage à actionner autant que possible les leviers disponibles afin de trouver des solutions pour les étudiants.

 

Nous encouragerons tout d'abord avec insistance la Ministre de la Mobilité, J. Galant à entamer de réelles négociations avec les syndicats. En effet, le lundi 14 décembre, lors de la réunion de conciliation au siège HR Rail, les syndicats majoritaires ont tous deux affirmé que "toutes les options restent encore ouvertes".

L'AGL se mobilise à son échelle

- L’AGL a pris de nombreux rendez-vous avec les autorités de l’UCL afin qu'un maximum de solutions soient trouvées pour les étudiants. A ce jour, une solution de covoiturage a été lancée par le bias de la plateforme Carpool. Une lettre ouverte a été envoyée à l'ensemble du personnel de l'UCL afin qu'il se montre solidaire des étudiants et propose son aide sur cette même plateforme.

- Un appel aux présidents des jurys a également été fait afin que ceux-ci  fassent preuve de souplesse dans l'apréciation des motifs d'absence, considérant ainsi la grève des trains comme étant une cause légitime.

- L'AGL, en collaboration avec l'UCL et le Kot Erasmus, a obtenu l'ouverture de dortoirs la veille et les jours de grève afin de permettre aux étudiants non kotteurs de loger temporairement sur le site de Louvain-la-Neuve.

- Enfin, nous pouvons également rappeler la proposition des travailleurs de la SNCB. Ma portière t'est ouverte est une initiative des cheminots pour garantir à autant d'étudiants que possible d'arriver à bon port le jour de leur examen.