Actualités

Repasser un examen en juin

Il n'est désormais plus possible pour les étudiants hors 1ère année de repasser ou de passer les examens de janvier en juin comme deuxième session.  Ce changement n'est pas le fait du décret Marcourt mais bien un choix de l'UCL.  Qu'en penses-tu?

 

Repasser un examen en juin
Votre faculté (*)
Entrée non valide
Votre année d'étude (*)
Entrée non valide
Votre Email (*)
Entrée non valide
Votre situation (*)
Entrée non valide
Plus de détails... (*)
Entrée non valide

Session de janvier 2016 : Grève des transports publics

Comment l'AGL se positionne-t-elle ? 

La CSC-Transcom et la CGSP, les deux syndicats majoritaires de la SNCB, ont annoncé une grève des rails les 6,7,21,22 et 23 janvier prochain.

5 jours de grève pendant la session des examens, la situation est critique pour les étudiants... Mais comment en est-on arrivé là ??

Une conjoncture politique déplorable...

Depuis de nombreuses années, l’AGL réclame un investissement dans les transports en commun, afin de permettre aux étudiants de bénéficier d'un service de qualité à des prix abordables. Or, ces dernières années, la situation ferroviaire s’est plutôt dégradée.


Le gouvernement a décidé de faire 2,1 milliards d’économies dans la SNCB durant sa législature (2014-2019). Et cela a des conséquences concrètes sur les usagers (augmentation de certains prix, moins de correspondances, suppression de gares, …), comme sur les travailleurs (augmentation du temps de travail jusqu'à 12h dans les cabines, suppression de postes, dégradation des conditions de travail…).

 

Le désinvestissement du gouvernement dans les services publics est donc certainement la cause majeure de la situation critique à laquelle nous devons faire face aujourd’hui. Les grèves ont été annoncées en réponse à la politique gouvernementale et aux modifications du régime de travail des cheminots avancées par la Ministre Jacqueline Galant.

Les étudiants, victimes collatérales du gouvernement

De son côté, l’AGL est consciente de toutes les complications que cette grève va causer pour les étudiants. Les BAC1 sont obligés de se présenter physiquement à tous leurs examens sous peine d’être désinscrits de l’Université. Elle s'engage à actionner autant que possible les leviers disponibles afin de trouver des solutions pour les étudiants.

 

Nous encouragerons tout d'abord avec insistance la Ministre de la Mobilité, J. Galant à entamer de réelles négociations avec les syndicats. En effet, le lundi 14 décembre, lors de la réunion de conciliation au siège HR Rail, les syndicats majoritaires ont tous deux affirmé que "toutes les options restent encore ouvertes".

L'AGL se mobilise à son échelle

- L’AGL a pris de nombreux rendez-vous avec les autorités de l’UCL afin qu'un maximum de solutions soient trouvées pour les étudiants. A ce jour, une solution de covoiturage a été lancée par le bias de la plateforme Carpool. Une lettre ouverte a été envoyée à l'ensemble du personnel de l'UCL afin qu'il se montre solidaire des étudiants et propose son aide sur cette même plateforme.

- Un appel aux présidents des jurys a également été fait afin que ceux-ci  fassent preuve de souplesse dans l'apréciation des motifs d'absence, considérant ainsi la grève des trains comme étant une cause légitime.

- L'AGL, en collaboration avec l'UCL et le Kot Erasmus, a obtenu l'ouverture de dortoirs la veille et les jours de grève afin de permettre aux étudiants non kotteurs de loger temporairement sur le site de Louvain-la-Neuve.

- Enfin, nous pouvons également rappeler la proposition des travailleurs de la SNCB. Ma portière t'est ouverte est une initiative des cheminots pour garantir à autant d'étudiants que possible d'arriver à bon port le jour de leur examen.

Les dortoirs de l'UCL sont ouverts !

Dans la conjoncture des grèves qui se préparent, l'AGL a sollicité le soutien de l'UCL, en partenariat avec le Kot-à-Projet Kot Erasmus, pour ouvrir des dortoirs !

D'habitude réservés aux Erasmus en certaines périodes, ceux-ci seront destinés à accueillir les étudiants qui ont besoin d'un logement temporaire la veille ou les jours de grève.

Quoi ? Où ? Comment ?

  • Quand ? La veille et les jours de grève : les 5, 6, 7, 20, 21, 22 et 23 janvier.
  • Comment ? En contactant le Kot Erasmus via sa page Facebook.
  • Ou ? Dans les dortoirs du Kot Erasmus : Place des Paniers, 1, Louvain-la-Neuve
  • Prix : 5 € sont nécessaires pour assurer les charges liées à l'hébergement.
  • Des douches et une connection internet sont comprises dans ce prix.
  • Attention, les draps ne sont pas fournis !
  • Horaires : ces dortoirs sont ouverts de 21h à 10h30 au matin. Entre temps, les salles d'études sont disponibles !

Quelques petites règles, évidemment :

  • La cuisine et le communautaire du Kot Erasmus ne sont pas ouverts.
  • Il est primordial de respecter le calme et la sérénité des lieux. La période est intense pour tout le monde !
  • La propreté est également de mise. Le respect des hôtes comme des invités est primordial.

 

Esplanade : vers une expansion infinie ?

Les étudiants et habitants veulent être concertés !

Face au plan d'expansion de l'Esplanade, la communauté estudientine est unie avec les habitants pour s'opposer à ce projet. L'appel lancé par l'AH (Association des Habitants de Louvain-la-Neuve) et l'AGL a suscité de nombreuses réactions. Si la mobilisation demeure importante, les autorités communales et universitaires continuent toutefois à faire la sourde oreille. Il est donc primordial aujourd'hui de poursuivre notre engagement en signant la pétition et en diffusant au maximum les informations qui y sont liées.

A partager donc, sans modération :

- L'appel lancé par l'AGL et l'AH

- La pétition en question

- Le suivi organisé par les habitants de Louvain-la-Neuve


Une toute autre université ?

 

« Aujourd’hui nous aurions pu vous adresser le même message que celui que nous faisons depuis 10 ans, mais cela n’aurait servi à rien. En effet, nos attentes vis-à-vis de l’enseignement à l’Université sont restées les mêmes : nous désirons toujours vous proposer de construire, ensemble, une ‘‘Autre Université’’ ».

C’est en ces termes que s’exprimait le président de l’AGL lors de la rentrée académique, il y a de cela 16 ans. Depuis toujours,la question de  l’idéal d’éducation trône au centre des préoccupations du mouvement étudiant et aujourd’hui des initiatives existent pour le penser ensemble. Tout autre chose et son évènement « Toute autre école » en sont un des plus beaux exemples. Ce dimanche 27 septembre, dans 14 lieux en Wallonie Bruxelles seront organisés des ateliers participatifs pour revendiquer, imaginer et faire advenir un système éducatif différent.

Il est alarmant de remarquer qu’à l’heure actuelle l’enseignement est d’avantage considéré comme un investissement marchand, une contrainte budgetaire plutôt que comme un moyen de former les citoyens critiques, conscients des enjeux de notre siècle.

« De plus, la manière d’enseigner est bien souvent standardisée » nous dit Marie, étudiante en économie. « A l’université par exemple, dans grande une majorité des cas, nous ne suivons que des cours ex catedra ou le professeur parle et l’élève écoute. C’est une pédagogie qui ne convient pas à tout le monde et qui nous rend très passif face aux matières que nous étudions ».

L’AGL et les étudiants de Louvain la Neuve seront donc présents ce dimanche pour défendre leur vison d’une toute autre école. Pour les louvanistes, rendez vous à 14h00 à la Salmigondis place des sciences pour le début des festivités. Au programme : des tables rondes, des débats, des activités pour les enfants ( petits et grands sont donc les bienvenus ), pour poser ensemble les premières pierres de notre toute autre école.